Les dentelles de Montmirail juin 2015

Rendez-vous est donné sur un parking du LECLERC à 6 h 30 tout le monde est présent à part Pierre qui a demandé un enlèvement à domicile. Les voitures sont constituées et c’est le départ.

Prochain arrêt : l’aire de MONTELIMAR.

Tout se passe bien jusqu’au « bouchon » habituel de GIVORS. Une fois passé ce petit point noir la circulation redevient agréable, fluide.

Comme prévu pause-café à Montélimar. Redémarrage pour notre 1ere rando : MONNIEUX près des gorges de la Nesque. Surprise pour descendre dans les gorges il faut monter !

Arrêt buffet sur les coups de midi près d’un mas (résidence secondaire) à l’ombre d’amandiers.

On a faim!!!!

Puis cette fois, descente dans les gorges, quelques passages rocheux un peu difficiles mais rien de grave.

Magnifiques paysages très verdoyants, très beau canyon creusé par la Nesque, falaises creusées d’anfractuosités qui ont dû servir d’abris à nos lointains ancêtres.

100 6172

 

100 6178

Départ vers VAISON , installation à l’hôtel très convenable, personnel souriant et serviable.

Le lendemain après avoir acheté le repas de midi, repas pantagruélique (1 tomate, 1 tranche de poulet, 1 vache qui rit, 1 pomme et du pain) par contre, coté boisson on n’en manquait pas, pastis, vins, café, etc… Départ pour SUZETTE charmant petit village. On entame notre approche vers les Dentelles de Montmirail, grimpette à  travers les buis, passages rocheux, et on arrive au point culminant de notre rando la croix de la crête de Saint Amand. 

100 6191

Dscn2300

20150603 111346

 

Mais auparavant….. une frayeur. On a perdu le sentier mais on le retrouve en coupant dans une végétation un peu agressive. Arrêt pour le repas, l’un de nous fait un léger malaise certainement dû à la chaleur étouffante par moment. Un couple de Suisses charmant accepte de le rapatrier à SUZETTE .

Ouf, plus de peur que de mal.

Retour à l’hôtel sans autre anicroche, et pour nous remettre de nos émotions et refaire le plein de tout ce que l’on a perdu en sueur, arrêt à MALAUCENE dans un café ou nous rencontrons un serveur remarquable tant par sa mémoire que par sa façon de servir.

Le dernier jour arrive, il faut faire les bagages. Achat du repas,  le même qu’hier sauf qu’une partie des tomates est restée dans un coffre de voiture……. on les a mangées au goûter.

Aujourd’hui c’est du sérieux …..l’ascension du Ventoux par la « face  nord » la plus difficile. Passages assez vertigineux à travers de nombreux pierriers, par contre une bonne partie de la montée s’est effectuée sous l’ombre des forêts. L’arrivée au sommet sous la tour météo fut rude, les derniers mètres dans la caillasse et sous le soleil parurent longs. Là-haut un coupe-vent ou autre fut le bienvenu.

100 6200

100 6202

Dscn2308

100 6207

Descente sans problème, bizarrement plus rapide que dans l’autre sens. A l’arrivée un bar nous tendait les bras…… quelles délices des boissons fraiches !

Et enfin le retour la tête pleine de paysages grandioses, de panoramas superbes. Trois jours inoubliables.

Mille mercis pour ceux qui nous ont concocté, organisé et dirigé ce programme.

 

Roland