MAI 2017

Mercredi 3 mai

 

MERLE-LEIGNEC ;  situé dans le département de la Loire, entre Saint Hilaire et Estivareilles.

Altitude 660 mètres et peuplée de 316 âmes. Les habitants ont pour nom (gentilé).

Au départ de la rando, notre groupe de 28 personnes retrouve Maurice,  qui s’empresse auprès de Jeannot pout lui proposer un circuit différent. Devant l’insistance de Maurice Jeannot fini par accepter tout en lui rappelant que la distance doit être de 12 km maxi.

Notre groupe s’élance pour parcourir un circuit composé de 97 % de sentiers sous quelques averses.

Malgré les 15 km parcourus tout ce petit monde a apprécié cette randonnée et certaines se sont étonnées d’avoir  parcouru 15km, il faut reconnaître que le dénivelé n’était que de 171 mètres.

Jeannot

 

Jeudi 4 mai

La balade prévue initialement à Laussonne est remplacée par une à Craponne sur Arzon: il reste encore de la neige sur le plateau vers Moudeyres.
Nous sommes 12 pour cette randonnée dont une nouvelle randonneuse.
 

Belle balade sous un ciel gris mais sans pluie jusqu'à Sauvessanges et retour par le hameau de "amour" il faut le faire !

Henri

 
 

Part 1493895285163 p 20170504 125237

 

Mercredi 10 mai

 

RIOTORD : 840mères d’altitude, commune frontalière avec  le département de la Loire, dont les communes de Marlhes, Saint Régis du Coin, Burdignes, Saint Sauveur en Rue au Col du Tracol (1030 m). Elle est également frontalière avec le département de l’Ardèche,  Col de la Charousse 1251m d’altitude.

Riotord  signifie <<ruisseau tordu>>(ruisseau de Sant Meyras)

Notre petit groupe de 14 marcheurs(es) dont certaines s’essayent pour la première fois sur un distance de 17km 500 et 391 mètres de dénivelé.

Le début du parcours : après 800 mètres de plat la première grosse difficulté apparait. Jeannot  adopte une cadence  de 3 km/h  car le pourcentage moyen étant de 7%, sur environ 4km que nous entrecoupons lorsqu’un léger replat  se présentait à nous, pour permettre de recharger les accus. La seule réelle difficulté s’est passée sans encombre, le reste du parcours fut cool.

Notre périple s’achève dans la gaïé car elles ont prouvé, qu’elles étaient capables de parcourir cette distance  avec une moyenne globale de 4 km/h.

Bravo Mesdames

On termine à  la terrasse du bar restaurant  cou’tou

Jeannot

 

Mercredi 17 mai

Rando au départ de PERIGNIEUX, commune du département de la Loire, ses habitants sont les périnois et périnoise.

Par une chaleur caniculaire, 32 marcheurs (es) entreprennent une randonnée de 12km600 et 341 mères de dénivelé.

La chaleur a accablé quelques marcheuses qui furent victime de coup de chaleur ou de fatigue, un rapatriement  en voiture fut nécessaire.

Notre périple commence  peu après le départ par un chemin descendant très fortement raviné jusqu’à la rivière l’Ecolèze puis le ruisseau Corèze pour arriver au village Puy Marcel où nous décidons, compte tenu de la très forte chaleur, de prendre une variante.

Nous traversons le village le Beld  après avoir franchi la rivière à truite le Bonson pour arriver à l’Hospitalet . Une première victime de la chaleur a dû être rapatriée sur Perignieux par Jean Paul  et Louis. Arrivés à la Gare,  d’autres  victimes sont à leur tour victimes de la chaleur et rapatriées.

La fin du parcours a raison des organismes de ces dames, mais elles terminent très éprouvées.

Jeannot

 

Jeudi 18 mai

Nous sommes 16 pour cette magnifique randonnée au départ de Saint Front. Nous attaquons cette marche d'un pas assez rapide puisque nous couvrons un peu plus de 5 km au cours de la première heure. Après un petit café et quelques patisseries, nous repartons pour rejoindre la Croix de Peccata à 1560 m d'altitude. L'arrêt contemplatif est de courte durée car nous essuyons un vent très fort.

Nous longeons ensuite la Dent du Diable et nous commençons à chercher un coin abrité pour pouvoir nous restaurer. Maurice a décidé qu'il fallait continuer jusqu'à Chaudeyrolles, car il connaissait un endroit abrité. Après 15 km, nous constatons qu'il avait raison et nous déjeunons à l'abri sur un jeu de boules... Comme d'habitude, le pastis d'Henri et les différents bouteilles de vin rosé et rouge accompagnent notre repas.

Après quelques douleurs à la remise en route nous accomplissons les 10 derniers kilomètres en longeant le lac de Saint Front.

Une petite collation dans le village et nous rejoignons Firminy après une jolie balade de 25 km et un peu plus de 600 m de dénivelé.

Mercredi 24 mai

 

Randonnée à  Prélagé avec ses 17 maisons, altitude 1141mètres, commune de St REGIS DU COIN dans le massif du Pilat.

Le départ en covoiturage, comme toujours, est laborieux, on s’engouffre dans les voitures  sans avoir pris le temps d’écouter l’info sur le trajet routier donné par un responsable. Ce qui devait arriver s’est traduit par la perte d’une voiture.

Après une attente de  30 minutes de notre groupe de 33 personnes,  il est décidé de ne plus attendre et nous entreprenons notre montée vers la Croix de Chaussitre réalisée avec un seul tronc, sans doute pour vanter les forêts du Pilat.

La table d’orientation vaste panorama sur le plateau de Sant Genest Malifaux et les villages, SAINT REGIS DU COIN, JONZIEUX, MARLHES, mais aussi les crêtes du PILAT, le Mont Gerbier de Jonc, le Mezenc .

Au retour nous retrouvons nos égarés de la route, qui je l’espère seront attentifs et réceptifs des infos promulguées.

A bon entendeur salut...

Jeannot

 

 

Mercredi 31 mai

Un peu d’histoire sur cette commune du département de la Loire qui domine le fleuve Loire.

La première mention de la paroisse de St Hilaire (diocèse du Puy ) en 1183 parmi les possessions de l’abbaye de l’Ile-Barbe.

Les villages de Cusson et de la Valmitte qui dépendaient de la commune de Bas en Basset (43) ont été rattachés à Saint Hilaire en 1843, d’où le mon de Saint Hilaire Cusson la Valmitte département de la Loire et des monts du Forez.

Son patrimoine

Église romane classée du XIème siècle, pierres cupules et pierres –sièges (je vous laisse le soins de rechercher la définition et l’origine de ces noms de pierres).

Pour revenir à notre randonnée (39 personnes), nous avons seulement eu une averse entrecoupée de coups de tonnerre.

Jeannot